Nous avons répondu à vos questions…

Que créent les femmes comme type d’entreprise ?

Les femmes créent leurs entreprises dans tous les secteurs d’activité : commerces, services de proximité, services aux particuliers et aux entreprises, artisanat, etc…, peu dans le secteur industriel car les besoins en investissements sont importants.

Pourquoi RACINES soutient des projets de femmes et pas des projets d’hommes ?

Parce que les femmes ont moins accès aux financements traditionnels et ne sont pas encore pleinement reconnues dans ce monde de la création d’entreprise.

Pourquoi RACINES ne fait-elle pas de suivi d’entreprise ni d’accueil de créatrices ?

RACINES a fait pendant des années de l’accueil et du suivi de créatrices. Nous avons pensé il y a quelques années qu’il était plus utile de recentrer notre activité sur les CLEFE et leur développement, ce qui nous permet de continuer à travers les CLEFE à travailler sur les questions de développement de ces entreprises et sur leur financement. Cela nous permet également de mieux former les épargnant(e)s à toutes ces questions.

Combien faut-il épargner par mois quand on fait partie d’un CLEFE et pendant combien de temps ?

La moyenne de nos CLEFE épargne pendant environ 12 mois et environ 46 euros par mois par personne. Mais cela peut varier car c’est le CLEFE qui décide, c’est à dire les épargnant(e)s. Ce peut être une épargne pendant 6 mois ou 18 mois…

L’épargne du CLEFE rapporte-t-elle un intérêt ?

L’épargne des CLEFE rapporte un intérêt lorsqu’il est capitalisé sur un compte rémunéré en attendant d’être investi dans une entreprise. Le capital épargné prêté à une entreprise rapporte aussi un intérêt s’il est décidé par le CLEFE en assemblée. Mais certains CLEFE préfèrent réinvestir les sommes générées par les intérêts plutôt que de se les répartir. Le CLEFE est souverain dans ses décisions.

Concrètement, à quoi va servir l’argent épargné dans l’entreprise ?

L’épargne sert le plus souvent aux Besoins en Fonds de Roulement (BFR) qui n’est jamais financé par les banques. Il peut aussi servir de Fonds Propres ou répondre à des besoins de trésorerie.

Sur quels critères les épargnants choisissent-ils l’entreprise qu’ils vont aider ?

Les critères sont divers et variés. Celui qui est immuable, c’est de s’investir dans une entreprise gérée majoritairement par une ou plusieurs femmes. Les CLEFE peuvent s’investir dans une entreprise permettant à une femme de se sortir d’une situation économique difficile (RMI, chômage longue durée…), ou au contraire dans une entreprise qui a un contenu plus capitalistique (entreprise sociétale). Ou de s’investir dans une entreprise dont l’activité répond à un besoin d’une population particulière, ou ayant un côté innovant ou industriel, ou ayant une activité « bio »… Les critères sont nombreux mais il faut que le CLEFE prenne le soin de bien les définir, et fasse en sorte que l’ensemble des épargnant(e)s soient d’accord sur ces choix.

Je n’y connais rien en création d’entreprise. Serai-je utile quand même dans un CLEFE ?

Je serai utile dans un CLEFE car il est aussi un lieu de formation pour les épargnant(e)s. Cela me permettra de mieux comprendre le monde économique dans lequel on vit. Le savoir, l’expérience sont toujours utiles pour soi et pour les autres, et cela peut m’inciter à poursuivre dans l’aide d’une autre entreprise.

RACINES est une association basée à Paris, comment se fait le lien avec la province ?

Le lien se fait par l’intermédiaire de nos membres du Conseil d’Administration qui résident en province, par nos CLEFE implantés eux aussi en province et par nos partenaires locaux.

Comment trouve-t-on des personnes pour constituer un CLEFE ?

Soit dans l’entourage des partenaires locaux (ex le CIDF, les structures d’insertion des femmes, les centres de formation…), soit dans l’entourage de la créatrice.

Je n’ai aucune formation en gestion, comment pourrai-je suivre et conseiller une femme chef d’entreprise ?

La gestion s’apprend. Et dans le développement de l’entreprise, si la gestion est importante, ce n’est pas le seul élément à prendre en compte. La fidélisation de la clientèle, l’organisation du quotidien, tant de la vie de la créatrice que de l’entreprise, les contacts avec l’environnement, représentent autant d’occasions où les épargnant(e)s peuvent aider la ou les créatrices.

Ai-je droit à une réduction d’impôt si je cotise dans un CLEFE ?

Pour l’instant, non. Nous étions en discussion avec le Secrétariat d’Etat à l’Economie Solidaire de l’ancien gouvernement pour que l’argent des CLEFE soit considéré comme de l’investissement et que les épargnant(e)s bénéficient de l’article 76 du code des finances. C’est une des actions que RACINES doit poursuivre.

Quelle est la procédure légale pour constituer un CLEFE ?

Dans l’ordre :

  • se réunir
  • approuver les statuts
  • approuver le procès verbal de constitution du CLEFE
  • nommer une gérante ou un gérant
  • déposer un exemplaire des statuts et du PV de constitution à l’organisme bancaire
  • déposer un exemplaire des statuts et du PV de constitution à RACINES
  • garder un exemplaire des statuts et du PV de constitution pour les archives du CLEFE.

Où est consigné l’argent d’un CLEFE pendant le temps de l’épargne ?

L’argent est placé soit sur un compte courant, soit sur un compte courant rémunéré. Dans ce dernier cas, attention à l’imposition fiscale dudit compte.

Qui s’occupe du CLEFE et quelles sont ses responsabilités ?

C’est l’ensemble des épargnant(e)s qui s’occupe du CLEFE. La gérance n’ayant qu’un rôle de représentation auprès des organismes bancaires ou des partenaires, elle veille au fonctionnement c’est à dire à la convocation périodique de l’assemblée et elle applique les décisions prises par l’ensemble des épargnant(e)s.

Pour combien de temps est constitué un CLEFE ?

Un CLEFE a une durée de vie légale de 5 ans renouvelable une fois (cf Code Civil : Loi sur l’indivision), mais sa durée de vie peut être modifiée dans ce cadre par décisions des épargnant(e)s.

Et si je change d’avis ? Si je ne veux plus ou ne plus épargner à l’intérieur d’un CLEFE ?

Les statuts proposés par RACINES préviennent ce genre de situation. Il suffit d’en informer l’assemblée des épargnant(s) lors d’une réunion. Deux décisions peuvent être prises : soit l’épargnant qui se retire récupère sa mise sans intérêts, soit l’argent épargné reste dans le CLEFE et sera investi dans une entreprise choisie par le CLEFE et l’épargnant récupèrera son capital (avec intérêts) lorsque l’entreprise remboursera son prêt.

Un CLEFE est une collectivité qui se réunit régulièrement ?

Le nombre de réunions est prévu dans les statuts (en moyenne une fois par trimestre, convoquées par la gérance).

J’ai un peu d’argent de côté, quel est l’intérêt de le placer dans un CLEFE plutôt que sur un livret d’épargne classique ?

Parce qu’en les plaçant dans un CLEFE, je sais ce qui est fait de mon argent puisque je gère mon épargne, je sais dans quel projet il va aller. Je suis sûr(e) que mon argent s’investit dans l’économie de proximité. De plus, je fais œuvre de solidarité envers les femmes.

Est-ce que le CLEFE a un statut d’association ?

Le statut juridique d’un CLEFE est celui de l’indivision prévu par le Code Civil.

Et si la créatrice d’entreprise fait faillite, est-ce que je suis responsable de quelque chose ?

Si l’entreprise fait faillite, le CLEFE (par l’intermédiaire de sa gérance) se porte créancier prioritaire auprès du Tribunal de Commerce. Mais dans la majorité des cas, une solution amiable (avec engagement signé) est trouvé avec la ou les créatrices ou l’entreprise. Heureusement, peu d’entreprises se sont trouvées dans cette situation (5 sur toutes les entreprises aidées).